Vous recherchez un candidat… loyal

Idées reçues

19 novembre 2020

Par Rami Kechteil
Suite de notre série sur les “envers” des “endroits”…

Rigueur, combativité, autonomie… Jusqu’à présent, nous avons réfléchi à des comportements professionnels… S’assurer de la loyauté d’une personne ne serait-il pas une démarche de nature très différente ? Et qui procéderait du jugement moral ? Le terrain est épineux…

Ce terrain, essayons de le débroussailler…

Le prof qui note le devoir d’un élève ne juge pas la personne de l’élève, mais sa capacité à résoudre le problème mathématique proposé. Pas plus.

Évaluer un candidat, c’est un peu la même chose. Si ce n’est qu’il s’agit de prédire ! De prédire sa capacité à résoudre les problèmes professionnels futurs, et ses performances, ses comportements quand il sera en situation.

Évaluer une candidature, ce n’est pas juger une personne – et ce n’est pas essentiellement une évaluation morale. La personne la plus estimable (quelles que soient nos valeurs) ne sera pas nécessairement la plus compétente ou performante dans la fonction à pourvoir.

Juger un comportement et juger une personne n’est pas chose de même nature. Observez ce collègue admirable. Il est toujours disponible pour une aide. Je peux l’affirmer, ses actes sont généreux… Mais lui, est-il généreux ? Où satisfait-il ainsi son besoin de s’assurer de son importance ? D’être utile ? De se donner bonne conscience ? D’être aimé ou apprécié ? Autant de questions peu pertinentes au moment du recruter. Nous importent alors les futurs comportements observables (la disponibilité par exemple), et bien moins les motivations intimes de ceux-ci.

Un jugement moral est par essence un procès d’intention. Il imagine les motivations profondes (générosité ou non) d’autrui quand il est déjà difficile d’être soi-même si sûr d’être si désintéressé, intrinsèquement altruiste.

Recruter ne demande pas de peser les âmes…

Et la loyauté alors ?

Nous avons déjà progressé : vous recherchez non pas une personne loyale, mais quelqu’un qui fasse preuve de loyauté dans ses attitudes et comportements.

Mais qu’entendez-vous par loyauté ? Qu’attendez-vous précisément de votre futur collaborateur ?

Puisque nous fuyons les raccourcis, autorisons-nous un détour.

Le contraire de la loyauté, ce serait quoi ? Le mensonge ? Pas exactement. Plus que de la loyauté, le mensonge est le contraire de la franchise. La malhonnêteté alors ? Ou l’hypocrisie peut-être ? La fourberie plutôt ? La déloyauté bien sûr… mais ce truisme ne nous éclaire guère.

Le plus juste contraire de la loyauté, ce pourrait être la traîtrise.

Un ennemi déclaré n’est pas un traître : ce peut même être un adversaire loyal ! Le traître, c’est celui que vous croyez des vôtres et qui pactise avec l’ennemi, ou celui sur qui vous pensez pouvoir compter et qui en coulisse nuit à vos intérêts, à votre projet, à votre entreprise… par-derrière.

Vous attacher une personne loyale est pour vous une priorité. C’est que vous êtes d’une nature méfiante peut-être. Ou que la situation augure une rude adversité… nombre de difficultés à surmonter, de résistances à vaincre – parfois humaines, et parfois même internes à vos équipes… Il vous faut un allié sûr.

Sans doute est-il des individualités intrinsèquement loyales. D’autres, plus nombreuses, s’avèrent l’être en certaines circonstances, avec certaines personnes, dans un contexte donné… dans certaines relations. Untel trompe sa femme mais est loyal avec son employeur, tel autre l’est en amitié mais pas dans les affaires, ou encore d’abord avec ses clients et moins avec ses collègues…

Pour recruter judicieusement, mieux vaudra préciser la menace d’une traîtrise… Dans quel contexte tenez-vous à être assuré du comportement d’un allié sincère ? Quelles déloyautés sont à craindre ? À quelles tentations devra résister la droiture de votre collaborateur ?

Quelles tentations… ? À bien y réfléchir, chacun le comprendra, une loyauté indéfectible suppose… des “absences de motivations” !

Qui est peu motivé par l’argent demeurera facilement incorruptible. Et qui est peu soucieux d’être apprécié du grand nombre ne s’abandonnera pas à une démagogie qui le désolidariserait de vos exigences. Nous devrons rendre des arbitrages. Dans le contexte de votre recrutement, certaines motivations, pourtant estimables, devront être sacrifiées : si communément stimulantes soient-elles, elles fissureraient la fidélité espérée. Ce peut être l’attention à son image. Ce peut être l’autonomie. Ce peut être l’esprit d’équipe ou au contraire, le souci prioritaire d’obtenir des résultats personnels… Ce peut être n’importe quel élément de motivation… Tout dépend de votre projet, de son environnement…

Vous recherchez un candidat loyal ! Le problème est épineux, le terrain miné. Nous serons à vos côtés des partenaires sincères, intransigeants… loyaux.

 

 

 

shape
shape